Archives pour la catégorie Faune

Retour au fleuve

Retour des oies blanches vers le fleuve en fin de journée. Un rituel quotidien, jusqu’au moment où elles se décideront à reprendre leur trajet vers leur aire de nidification arctique au nord de l’île d’Ellesmere

Texte et photo : Pierre Giard, 2017

Des nouvelles des petits …

Il y a quelques semaines, j’ai affiché une photo de trois œufs de goélands argentés (Dur, dur d’être le troisième œuf).

Je mentionnais que l’oisillon qui sort du troisième œuf a généralement la vie plus dure que celle de ses frères ou sœurs. En effet, les deux premiers petits émergent souvent de leur coquille le même jour, tandis que le troisième œuf n’éclot qu’une ou deux journées plus tard. Cet oisillon est moins lourd, reçoit moins de nourriture, et grandit plus lentement que ses aînés.

Trois jeunes goélands argentés

Trois jeunes goélands argentés

Je suis retourné sur le terrain pour voir comment se débrouillaient les petits de cette couvée. Les trois semblent en pleine forme, mais un d’entre eux paraît nettement plus gros que les deux autres. Une variante sur le thème de l’inégalité grandissante des chances.
.
Survivront-ils jusqu’à l’âge adulte ? Bien des défis les attendent d’ici la fin de la saison estivale.

Pierre Giard (texte et photo), 2016

Des îles pas si désertes

Si on fait abstraction des phoques qui viennent s’y échouer à marée basse, les îles de Kamouraska semblent réservées aux oiseaux. Tant la variété des espèces que le nombre d’individus font qu’ils en sont les principaux et les plus intéressants occupants. Toutefois, ils ne sont pas seuls sur les îles. Des petits mammifères leur tiennent compagnie, tout comme certains visiteurs beaucoup plus gros ! Lire la suite

Dur, dur d’être le 3e œuf!

Ces œufs de couleur chamois ou olive sont parsemés de petites taches foncées. Ils sont plus gros que ceux d’une poule et mesurent environ 7 cm de long et 5 cm de large. On en trouve un à trois par nid. Ce dernier repose sur le sol et est formé d’herbes et de divers débris végétaux. Les œufs sont couvés 31 ou 32 jours avant d’éclore.

L’oisillon qui sortira du troisième œuf aura la vie plus dure que celle de ses frères ou sœurs. En effet, les deux premiers petits émergent généralement de leur coquille le même jour, tandis que le troisième œuf n’éclot qu’une ou deux journées plus tard. Cet oisillon est moins lourd, reçoit moins de nourriture, et grandit plus lentement que ses aînés. Lire la suite

Des pingouins à Kamouraska ?

Des pingouins à Kamouraska ? C’est toujours avec un air étonné — et souvent une forte dose d’incrédulité — que les visiteurs de Kamouraska apprennent qu’il y a bel et bien des pingouins dans la région. C’est vrai qu’il fait parfois froid dans le Bas-Saint-Laurent, se disent-ils, mais de là à y croiser des pingouins…

Lire la suite

Le minuscule œuf de M. Boutin

Au printemps 2009, Patrick Boutin se promène avec son chien le long de la rivière Kamouraska. Il chasse. Ce jour-là, sa plus belle prise ne sera pas une oie, mais un minuscule œuf d’éperlan arc-en-ciel, pas plus gros que le point à la fin de cette phrase. Cet homme aux yeux de faucon venait de trouver une frayère de ce petit poisson. On n’en avait pas vu dans cette rivière depuis plus de 40 ans. Lire la suite

Un phoque pas si commun

On peut parfois apercevoir des phoques communs nager dans les eaux froides du Saint-Laurent ou se prélasser sur les rochers. Mis à part le béluga, ces phoques sont les seuls mammifères marins à vivre à longueur d’année dans le fleuve. Curieusement, même si leur nom peut laisser croire le contraire, ils comptent parmi les phocidés les moins répandus du golfe et de l’estuaire. Découvrons ensemble cet animal beaucoup plus exceptionnel que commun! Lire la suite